Résultat de recherche d'images pour "the future of education"Dans 20 ans, un rapport du World Economic Forum indique, nos élèves n’auront plus besoin de maîtriser des compétences telles que l’écriture et le calcul mental. Le monde aura tellement changé que les exigences du marché seront transformées, modifiant au passage tout le paysage de l’enseignement et de l’éducation.

Le futur de la quatrième révolution industrielle est défini, en effet, par des transformations profondes dans les modèles économiques et sociaux, impliquant des changements radicaux dans la nature de l’emploi, qui sera notamment fortement automatisé. Des questions se posent alors quant à notre capacité à composer avec ces transformations et à les gérer. Ces questions sont d’autant plus pressantes pour nos enfants qui continuent d’être scolarisés dans un système qui ne les prépare certainement pas assez pour une telle révolution.

Avec l’évolution fulgurante des technologies ultra connectées, de la robotique et de l’intelligence artificielle, l’écolier sera mis devant un large éventail de gadgets électroniques facilitant son apprentissage de manière interactive, agile et personnalisée. En 2040, il semblerait que les claviers et les écrans remplaceraient les cahiers et les crayons, et que les robots joueraient le rôle des maîtresses pour interagir avec l’apprenti aussi bien pour l’explication d’un cours que pour la correction d’exercices…  Dans une telle configuration, peu spéculative il faut avouer, bon nombre de compétences devraient d’éroder. On imagine facilement que, par exemple, l’écriture cursive, en script ou autre, n’aura plus son poids dans le cursus scolaire, de même que l’arithmétique complexe et le dessin manuel en 3D. Inquiétant ? peut-être. Des alternatives ? Certainement !

Quelles sont donc ces compétences alternatives que la génération future devra maîtriser pour vivre en symbiose avec et les humains et les robots ? Les spécialistes de la question soulèvent cinq compétences primordiales : la résolution de problème, la pensée créative, le raisonnement critique, la collaboration et l’innovation. En outre, l’enfant de demain devra savoir créer des technologies au lieu de simplement apprendre à les utiliser. Il devra savoir écrire du code informatique pour réparer un jouet cassé ou pour passer une commande dans une pizzeria. Les compétences techniques et technologiques seront ainsi fondamentalement requises pour évaluer la réussite scolaire.

Ceci met-il pour autant en marge les sciences humaines et sociales au profit des STEM (Science, Technology, Engineering, Math) ? La réponse est unanime : Non. Le monde aura plus que jamais besoin de gestionnaires conscients des enjeux climatiques et écologiques de la planète, des risques socio-culturels engendrées par une robotisation massive, et surtout, de la dimension éthique et philosophique derrière cette même robotisation.

L’école de demain devrait donc prendre le soin de former des leaders savants, responsables et consciencieux. Des personnes justes et susceptibles non seulement aux différences entre races et ethnies humaines, mais aussi à celles entre l’humain et le robot, le naturel et l’artificiel.

Quelles mesures prendre pour y arriver, et combien de temps cela prendra-t-il ? C’est une bonne question… qui mérite, pour le moins, une bonne réflexion.

One thought on “Les compétences de l’école 4.0 : Adieu l’écriture !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s