language-barrier

 Traduction automatique : De grandes avancées

Le mois dernier le quotidien français « La Tribune » a annoncé la sortie de la version française de l’ouvrage de référence “Deep learning“. Pour une première mondiale, ses 800 pages ont été entièrement traduites en moins de douze heures par une intelligence artificielle ! Il s’agit d’une prouesse impressionnante qui montre que la traduction automatique a beaucoup évolué depuis ses premiers débuts.  

Quand nous pensons à la traduction automatique, Google translate vient naturellement à l’esprit. C’est normal puisque l’outil dispose de 500 millions d’utilisateurs par jour et supporte plus de 100 langues. Au début, les sites de traduction abordaient la traduction « mot » par «mot ».  Aujourd’hui, ils ont recours à des techniques d’intelligence artificielle telles que les réseaux de neurones qui traduisent des phrases entières à la base d’algorithmes d’apprentissage. En fait, les réseaux de neurones, inspirés du fonctionnement du cerveau humain, ne comprennent pas le sens des phrases mais proposent « statistiquement » des séquences de traduction appuyées par des données massives (appelés corpus de textes).  Pour acquérir cette énorme quantité de données linguistiques, Google utilise les documents correspondants de l’Organisation des Nations unies. Le même document est disponible dans les six langues officielles de l’ONU, ce qui permet maintenant à Google d’avoir un corpus de 20 milliards de mots.

Le progrès ne s’arrête pas là. L’avancée de la traduction simultanée combinée avec la reconnaissance vocale est impressionnante. Pour tester, il suffit d’installer l’application « Google translate » sur IOS ou Android Play Store et utiliser la fonctionnalité conversation !

Traduction automatique : Pas tout à fait au point mais ce n’est pas grave !

Dans un essai publié au magazine « The Atlantic » en début 2018, Douglas Hofstadter démontre, preuve à l’appui, que la traduction est un art et que la traduction automatique n’est pas encore en mesure de capturer les fines nuances d’une langue et les tournures de phrase très élaborées  spécialement quand il s’agit de textes littéraires.

Je suis également convaincu que la traduction automatique ne peut remplacer la traduction classique. Cependant, elle dispose d’une très grande efficacité pour les textes relativement simples avec une structure régulière. La traduction automatique s’adapte parfaitement aux lecteurs ne cherchant pas la perfection, sans oublier le fait qu’elle est instantanée et gratuite (pour l’instant).

Le même constat s’applique à la traduction simultanée avec la reconnaissance vocale. Les performances ne sont pas bien sûr parfaites pour toutes les discussions, mais il est à fort à parier que les choses évolueront très positivement dans le futur.

Impacts

Il est impensable que le métier de traducteur disparaisse dans un futur proche, mais certainement qu’avec l’évolution technologique (exponentielle) la traduction automatique grignotera progressivement des « parts de marché ». Cette profession a donc de quoi s’inquiéter sur le moyen et long terme.

Concernant le marché du travail, la langue a longtemps présenté une barrière d’entrée significative. Dans un monde sans barrières linguistiques, le marché de l’emploi sera globalisé présentant en même temps des opportunités et des menaces. Exemple, que deviendraient les centres de relation clients un contexte d’automatisation ? Il est vrai que l’innovation technologique crée également des emplois et de la croissance. En fait, des études démontrent qu’elle en crée plus qu’elle en détruit. Ce raisonnement s’applique à mon sens à l’échelle mondiale mais ne veut pas dire que cette tendance s’appliquera d’une manière uniforme dans tous les pays. Vraisemblablement, la création d’emploi se fera davantage dans les pays avancées technologiquement et les pays les moins développés en payeront le plus de frais.

Que faire ?

La quatrième révolution industrielle est déjà en marche. Le futur sera technologique, il n’y a aucun doute sur ce point. Le point de départ à mon avis est l’urgence d’une réforme de notre système d’enseignement qui doit prendre en considération cette donne fondamentale (voir article sur la refonte de l’enseignement pour le monde de demain). En attendant cette mutation souhaitée mais, soyons réalistes, très improbable dans le court terme, chacun doit prendre son destin en main !

One thought on “Et si les barrières linguistiques sautaient ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s