Enseignement : Un escargot qui regarde un TGV passer

Enseignement

  • Rishab Jain, 13 ans, a remporté le grand prix « Discovery Education 3M Young Scientist Challenge » en Octobre dernier. Il a développé un algorithme basé sur l’intelligence artificielle pour mieux localiser et suivre le pancréas au cours de la radiothérapie par imagerie par résonance magnétique.
  • Gabby, Sebatian, Bradon, MO, Amber et d’autres sont des enfants et adolescents entrepreneurs avec des activités génératrices de revenus et de la célébrité en prime. Voir la vidéo

Ces deux exemples (Il y en a de nombreux autres), nous poussent à poser les questions suivantes :

Espresso : Les recettes de la Banque Mondiale pour reformer l’éducation dans la région MENA

Source : Banque Mondiale
  • Quel est le problème ?  Contrairement à la Corée du Sud, les pays de la région MENA n’ont pas été capables de récolter pleinement les retombées sociales et économiques de l’éducation malgré les importants investissements et efforts consentis au cours des 50 dernières années et la croissance impressionnante du taux de scolarisation à tous les niveaux.
  • Quelles sont les causes ? Quatre types de tensions ont empêché l’éducation d’évoluer pour offrir un apprentissage qui prépare les élèves à un meilleur avenir. (1) les diplômes versus les compétences ; (2) la discipline versus la liberté/créativité ; (3) Le contrôle/centralisation versus l’autonomie ;et (4) la tradition versus la modernité. Ces tensions se manifestent dans la classe, l’école et la société d’une manière générale.
  • Quels sont les impacts ? Un système d’éducation sclérosé impacte négativement et d’une manière directe la création de richesses au sens large et le bien-être social dans la région MENA.
  • Qu’est ce qui devrait être fait ?   Les pays MENA doivent s’attaquer aux quatre tensions en mettant en place un système éducatif qui prépare tous les élèves à un avenir productif et prospère. Un tel système serait moderne et flexible et favoriserait une culture de l’excellence et de la créativité dans l’apprentissage. Cela permettrait également de tirer profit des technologies de l’information et adopter des approches modernes afin d’offrir aux jeunes les compétences dont ils ont besoin pour définir leurs trajectoires de vie et s’adapter aux changements locaux, nationaux et mondiaux. Enfin, un tel système reposerait sur une vision nationale partagée en liaison avec les objectifs de développement généraux du pays. Finalement, sans un réalignement du marché du travail pour stimuler la demande en compétences, la contribution du secteur de l’éducation à l’économie ne sera pas pleinement réalisée.

Alternatives Economiques : Une oasis dans un désert

Source : Hellokids.com

Dans un environnement médiatique vénérant le « like »et le « buzz » avec une suprématie des réseaux sociaux par rapport aux supports traditionnels, des magazines comme « Alternatives Economique »sont des oasis dans un désert où les contenus superflus, médiocres, biaisés ou erronés ont souvent le maître mot.

« Alternatives Economiques », le deuxième magazine économique le plus lu en France, s’intéresse à l’économie comme enjeu collectif et social, à travers des thématiques variées. A ce titre, l’économie du développement durable est un volet qui est traité en profondeur et d’une manière récurrente dans tous les numéros ainsi que dans les hors-séries.

La qualité du contenu de la revue s’explique par deux facteurs distinctifs :

  • Le financement : Le business model du magazine repose sur le lectorat pour son financement et vit principalement de ses ventes contrairement à la grande majorité des supports qui se financent par la publicité
  • La gouvernance : Alternatives Economiques est édité par une société coopérative, dans laquelle les salariés sont associés et majoritaires au capital. Les autres associés sont ses lecteurs, à travers l’Association des lecteurs et la Société civile des lecteurs, qui accueille les associés extérieurs amis du journal (personnes physiques ou morales)

Il est vrai que pour un lecteur étranger, des thématiques franco-françaises ne présentent toujours pas un grand intérêt. Toutefois, j’accepte personnellement ces contenus car je comprends qu’ils ont un sens pour la majorité des lecteurs du magazine qui résident en France.  C’est le cas également pour «The Economist », bien que plus international,mais qui consacre tout de même une rubrique permanente pour la grande Bretagne.

Un grand bravo aux équipes « Alternatives Economique »qui résistent face au tsunami des contenus « toxiques » enrobés dans le voile de la gratuité et de la facilité.  J’espère que le modèle journalistique prôné par « Alternatives Economique » et par d’autres supports, puisse se pérenniser,se développer et se généraliser.

Partirais-je toujours au travail si j’ai assez d’argent ?

Source : https://www.earn-a-living.com/fr

Dans un monde dans lequel chacun d’entre nous recevrait tous les mois un revenu de base, sans condition, sans compte à rendre, est-ce que nous nous arrêterions de travailler ? Est-ce que cela changerait notre vie ? Peut-on faire confiance aux gens si nous leur donnons de « l’argent gratuit » ? Qui doit payer pour les membres les plus vulnérables de nos sociétés ? A quoi ressemblera le futur du travail (si tant est que le travail existe encore dans le futur) ?

L’idée du revenu de base, encore appelé revenu universel ou allocation universelle n’est pas tout à fait nouvelle. Elle a ses défenseurs et ses détracteurs alors que ses implications réelles sont encore peu explorées surtout dans mon monde où la physionomie du le travail est à la fois évolutive et incertaine.

« Gagner sa vie »  est une excellente série documentaire interactive diffusée sur ARTE sur le revenu de base analysé suivant multiples perspectives. Avec ­7 épisodes explorant des expériences inédites en Afrique, Europe, Amérique du nord, en Asie et Moyen Orient, la série utilise le revenu de base comme prisme pour interroger notre relation au travail et à l’argent et stimuler la réflexion sur ce qui pourrait être envisagé demain sur cette question.

Espresso– SDG #2 : “Alternative” meat to Feed the World

Résultat de recherche d'images pour "zero hunger cultured meat"

– What is it about? Achieving Sustainable Development Goal number 2 – #Zero hunger – is unlikely to happen by 2030 if we continue with the existing unsustainable economic growth models. Alternatives are urgently needed.

– Proposed Solutions: Some hard-nosed food companies are embarking onto new technologies for artificially cultured meat production based on cells in laboratories. Meat without livestock means greater accessibility and lower environmental footprint. Others propose insect-based protein production.

– Scope: This science seems to be compelling even to governments like China which agreed in 2017 to import a $300 million worth of cultured meat from Israel, a well-advanced player in the field. Some major US and EU food giants are investing in this nascent and presumably promising industry.

– So What? According to experts, opportunities can be tremendous both for meeting the hunger gap globally, and for substantially reducing negative environmental impact accrued from meat and dairy production – livestock contribute about 15% of all carbon dioxide emissions worldwide. 

 – My Take: Ethical considerations need to be closely observed as to the side-effects and externalities of such “unnatural” way of producing meat. At the end of the day, a more natural, meat-free or low-meat, diet could prove healthier and more sustainable. Learn more >>

Espresso: Artificial intelligence beats US lawyers!

ai_v_law-infographic light

Image : LawGeex

– What is the context? We are seeing disruption across multiple industries by increasingly sophisticated uses of Artificial Intelligence. The field of law is no exception!

– What is the study about? 20 top US corporate lawyers with decades of experience in corporate law and contract review competed against an artificial intelligence program (LawGeex AI). Their task was to spot issues in five Non-Disclosure Agreements (NDAs)

– What are study results? LawGeex AI achieved an average 94% accuracy rate, higher than the lawyers who achieved an average rate of 85%. It took the lawyers an average of 92 minutes to complete the NDA issue spotting, compared to 26 seconds for the LawGeex AI

– So what? In the near future, AI has the potential to deal efficiently with high-volume and low-risk contracts, which will help clients get better pricing and allow lawyers to focus on more complex projects.

– Want to learn more?  The original study by LawGeex

Espresso: Biodiversity at stake

biodiversity wwf

Image: WWF

– What is the issue? Human activity impact on the planet goes beyond carbon dioxide emissions. According to WWF, the population abundance of mammals, birds, reptiles, amphibians and fish has decreased by more than 60% in less than 50 year

– Why? Overexploitation of species, agriculture and land conversion

– So what? Our health, food and security depend on biodiversity

– What needs to be done?  Bold initiatives are needed to not simply halt loss but to reverse the trend of biodiversity decline

– Want to learn more? The original report by WWF